Brexit : quels effets sur la bourse ?

brexit impact sur bourse

À l’heure où le Brexit connait de très fortes incertitudes, les experts financiers et propriétaires de valeurs mobilières sur le marché européen s’inquiètent. Après que Theresa May a trouvé un accord avec l’Union européenne sur les conditions de sortie du Royaume-Uni, les élus britanniques se sont montré particulièrement opposés à ce texte. Depuis, le Royaume-Uni est plongé dans une forte tourmente : personne ne peut affirmer à l’heure actuelle si une « British Exit » aura lieu.

Une date butoir fixée au 22 mai 2019

Après l’échec de la date du 30 mars, c’est une nouvelle date butoir qui a été fixée par l’Union européenne pour trouver une solution à la sortie du RU. Theresa May devra avoir trouvé une solution avant le 22 mai, sans quoi le Royaume-Uni pourrait bien sortir de l’Union européenne sans accord (on parlera alors de hard-Brexit).

Si sur le principe, un accord devrait être trouvé, il n’est pas encore absolument certain qu’un Brexit ait véritablement lieu. Malgré le référendum proposé aux résidents du Royaume-Uni, l’hypothèse selon laquelle le RU resterait dans l’Union demeure. Certaines listes européennes sont par ailleurs en préparation en Angleterre pour participer aux élections européenne si cela s’avérait nécessaire.

Le Brexit : de fortes conséquences en bourse ?

En matière boursière, le Brexit aura très certainement de nombreuses conséquences. Ici encore, tout dépendra du mode de sortie du Royaume-Uni. Une sortie sèche (hard Brexit) aurait pour conséquence de transformer le Royaume-Uni en simple pays tiers à l’Union. De ce fait découleraient une augmentation des droits de douane sur les marchandises, une dévalorisation de la livre sterling, mais également une grande transformation des entreprises transfrontalières, y compris celles cotées en bourse.

Si certains estiment que le Brexit serait un véritable désastre en matière boursière, il faut cependant souligner le fait que d’autres événements internationaux, parfois bien plus graves et inquiétants, n’ont eu un impact qu’à court terme. Les investisseurs qui tiennent des positions longues (parfois sur plusieurs années), n’ont que peu d’inquiétude à avoir en la matière, surtout s’ils ne possèdent pas de valeurs émanant d’entreprises issues du Royaume-Uni.

Une inquiétude plus grande pour les PEA : préparer sa régularisation

Si les possesseurs d’un compte-titres n’ont pas spécialement de préparation à prévoir en vue du Brexit, les souscripteurs d’un PEA ne sont pas dans la même situation. En effet, seules certaines valeurs sont éligibles à une souscription en PEA. Il s’agit par ailleurs de certaines valeurs européennes cotées sur Euronext. Parmi elles, de nombreuses entreprises ont leur siège en Grande Bretagne.

Ainsi, en cas de hard Brexit, ou si l’accord conclu entre le RU et l’Union européenne ne le prévoit pas, de nombreuses valeurs anglaises ne seront plus éligibles à une souscription en PEA. Par conséquent, il sera nécessaire pour les français jouant en bourse sur ces valeurs de régulariser leur situation en vendant leurs titres. À noter que selon le volume de vente opéré, les cours devraient connaître des fluctuations assez importantes, ce qui pourra intéresser les possesseurs d’un compte-titres qui tradent sur des positions courtes.

Un exemple d’action à surveiller : Eurotunnel

Nous conclurons cet article en citant l’exemple d’une action dont il faudra surveiller très scrupuleusement le cours lors de l’annonce d’un possible Brexit à la fin du mois de mai : Eurotunnel. L’entreprise franco-britannique avait en effet connu une chute extrême du cours de son action lors de l’annonce par David Cameron d’un référendum portant sur le Brexit. La baisse avait alors été proche des 50%. Cette action résume au final bien l’impact du Brexit sur la bourse : si les entreprises franco-françaises n’ont pas grand-chose à craindre de l’actualité internationale sur le long terme, les sociétés intervenant dans les deux pays ou reposant sur la conclusion d’accords commerciaux devraient connaître d’importantes évolutions dans les mois à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *