Pourquoi et comment investir dans le vin en ligne ?

investir dans le vin

Vous êtes amateur de vin et vous cherchez à diversifier vos placements ? Il est possible d’investir dans des grands crus, de différentes manières. Mais avant de se lancer dans l’investissement dans le vin, il faut connaître les spécificités de ce marché bien particulier.

Pour quelle(s) raison(s) vouloir investir dans le vin ?

Certains vins peuvent se conserver très longtemps, parfois jusqu’à un demi-siècle pour quelques grands crus. Les vins de qualité se bonifient même généralement avec le temps, lorsqu’ils sont conservés dans des conditions optimales (obscurité, température constante, hygrométrie idéale…).

Les prix des grands crus sont de plus en plus élevés. On peut constater une augmentation moyenne de ces prix de 4 à 8% par an. La demande pour ce type de vins, qui peuvent être considérés comme des produits de luxe, est croissante, ce qui explique cette augmentation des prix.

En effet, lorsque la production d’un vin est terminée, et qu’il est consommé, les stocks diminuent. Cette raréfaction entraîne une augmentation des prix, car la demande devient supérieure à l’offre.

Le ticket d’entrée dépend de la forme d’investissement choisie, et peut aller de quelques centaines ou milliers d’euros, à plusieurs dizaines ou centaines de milliers d’euros, ce qui rend l’investissement dans le vin accessible à différents profils d’investisseurs.

Comment investir dans le vin ?

Lorsque vous voulez investir dans le vin, plusieurs options s’offrent à vous.

Se constituer une cave en direct

La première option, est de se constituer une cave vous-même. Pour cela vous pouvez acheter des bouteilles en direct, chez des producteurs, ou des cavistes par exemple.

Des plateformes en ligne telles qu’iDealwine vous permettent d’acheter des vins en ligne, et de les revendre le moment venu. Ce type de plateforme peut également proposer des services annexes, tels que la cote ou l’estimation de la valeur des vins par exemple. Cela peut vous aider à identifier les bonnes opportunités d’investissement, et à ne pas vous tromper sur les prix, que ce soit à l’achat, ou lors de la vente.

Cependant, cette option n’est pas dépourvue de contraintes. Il faut gérer le stockage, disposer d’une cave suffisamment grande et de qualité, pour laisser vieillir votre vin dans de bonnes conditions, car le contraire risquerait de ruiner votre investissement.

Il y a également toute la logistique à gérer : trouver les bons fournisseurs chez lesquels acheter votre vin, aller le chercher ou vous le faire livrer… De même lors de la revente, il vous faut trouver les acheteurs, leur envoyer les bouteilles…

Si vous achetez votre vin vous-même pour vous constituer votre propre cave, il est généralement conseillé de privilégier les caisses plutôt que les bouteilles à l’unité, ceci principalement pour limiter le risque de contrefaçon.

Passer par des intermédiaires d’investissement

La deuxième possibilité est de passer par des intermédiaires, qui vous permettent d’investir dans le vin, sans avoir à gérer toute la partie logistique.

Ces intermédiaires, tels que Cavissima, Patriwine, Cavacave, ou encore U’Wine pour citer les plus connus, vous proposent d’acheter du vin en ligne en sélectionnant vos bouteilles en direct, ou en optant pour une cave d’investissement « clé en main » en fonction de votre profil, de votre expérience, de votre budget… Les bouteilles sont ensuite stockées physiquement par l’intermédiaire, dans des caves adaptées pour assurer un vieillissement optimal.

À terme, 2 options s’offrent à vous : revendre votre vin, ou vous le faire livrer. Si vous choisissez de le revendre, l’intermédiaire peut vous mettre en relation avec des acheteurs via sa plateforme, ou s’occuper totalement de la vente, ce qui constitue également un avantage par rapport à la gestion d’une cave en direct.

Investir dans des fonds spécialisés

Il existe assez peu de fonds d’investissement spécialisés dans le vin. On peut citer Uzès Grands Crus, qui est le premier fonds français spécialisé dans les grands vins.

Dans ce cas, vous n’achetez plus réellement de bouteilles de vin, il s’agit simplement d’un placement financier. On perd donc l’aspect placement « plaisir ».

Le ticket d’entrée de ces fonds est généralement élevé, à 5 ou 6 chiffres, et les frais sont eux aussi conséquents.

Les performances des fonds spécialisés dans le vin sont assez hétérogènes, et la volatilité est importance.

Si vous choisissez d’investir dans un fonds de ce type, veillez bien à ce qu’il soit agréé par l’AMF, pour éviter de placer votre argent sur des supports douteux.

Le vin, un investissement risqué ?

Le marché du vin, tout comme le marché des actions, est cyclique, c’est-à-dire qu’il connaît des périodes de hausse et de baisse, et comporte donc un risque.

Investir à long terme

L’investissement dans le vin est lui aussi un investissement qui doit se faire sur le long terme, avec un horizon d’au moins 5 ans. Si vous achetez du vin dans une optique d’investissement, et que vous avez besoin de le revendre rapidement alors qu’il est encore trop récent, vous risquez de perdre de l’argent car il ne sera pas encore assez rare et l’offre sera supérieure à la demande.

De plus, on ne gagne de l’argent qu’au moment de la revente du vin, et la liquidité n’est pas toujours immédiate. En effet, il est possible qu’il n’y ait pas d’acheteurs pour certains vins dont l’image s’est dégradée par exemple, ou qui sont trop vieux. C’est pourquoi il faut trouver le bon moment pour revendre, lorsque le vin a pris suffisamment de valeur, mais ne pas non plus trop attendre.

La même recommandation est donc valable que pour la bourse : n’investissez dans le vin que de l’argent dont vous n’avez pas besoin à court terme. Et comme avec les actions, il est important de diversifier sa cave pour limiter le risque.

Le vin, un domaine de connaisseurs

Il est difficile d’estimer la valeur réelle d’une bouteille, étant donné qu’elle ne repose pas sur des éléments objectifs. Cela implique un risque d’acheter trop cher, et donc d’avoir des difficultés à faire une plus-value ensuite.

Les coûts de stockage et de gestion sont aussi à prendre en compte, car ils peuvent venir rogner le rendement.

Il est également important de bien étudier la fiscalité, qui ne sera pas la même si vous réalisez des opérations occasionnelles et que vous êtes donc considéré comme un investisseur particulier, ou si vous êtes considéré comme professionnel.

En résumé, l’investissement dans le vin est à réserver à des investisseurs passionnés, qui ont un réel intérêt pour le vin. Ce type d’investisseur y trouvera son compte, que ce soit en faisant des bénéfices à la revente de ses bouteilles, ou, à défaut de pouvoir les revendre à un prix intéressant dans certains cas, en les consommant.

Au contraire, investir dans le vin sans aucune connaissance, avec pour seul objectif le rendement, est voué à l’échec.

Dans tous les cas, un investissement dans le vin doit rester un élément de diversification, et ne devrait pas représenter plus de 5% du patrimoine total d’un investisseur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *