3 conseils pour choisir un OPCVM

conseils OPCVM

Les Organismes de Placement Collectir en Valeurs Mobilières (OPCVM) représentent une opportunité intéressante pour diversifier vos placements financiers.  Ce sont des fonds régulés et très bien encadrés qui vous permettent d’investir en confiance grâce à la transparence procurée. Ce n’est pas parce que vous investissez déjà par vous même en bourse qu’il n’est pas intéressant de chercher à faire fructifier son capital par le biais d’autrui au contraire ! Avec plus de 175 milliards d’euros en actifs rien qu’en France, les OPCVM ont réussis à convaincre nombre d’investisseurs fançais.

Deux types d’OPCVM pour deux types de risques

Comme pour tout stratégie d’investissement il vous faudra évaluer la part de risque souhaitée. Si vous recherchez un placement risqué (donc généralement avec des objectifs de rendements importants) vous pourrez privilégier des OPCVM actions (appelés aussi alternatifs). Ils sont généralement spécialisés sur des places marchés spécifiques mais aussi bien souvent sur des secteurs d’activités.  A l’inverse un OPCVM obligataires  comporte moins de risque car ces fonds vont proposer plutôt des sous-jacents type obligations ou titres indiciels. La moyenne constatée de ces fonds oscille entre 3 et 5%.

Notre premier conseil est donc simple, commencer par vous poser la question du risque et du rendement attendu sur le produit financier que vous recherchez. Sélectionnez en fonction un fond adapté en lisant dans le détail le descriptif et en particulier la notation de ce dernier (le fameux rating). C’est une mention obligatoire présente dans le descriptif des OPCVM proposés par les organismes de gestion. A l’image de l’investissement en Bourse il s’agit d’un investissement à moyen terme. Ne prévoyez pas une stratégie en dessous de 3 ans voir privilégiez une stratégie sur 5 ans minimum.

Un KPI financier à surveiller: la volatilité

La volatilité d’un fond correspond à son écart type moyen constaté par rapport à sa moyenne de performance sur une période donnée. En résumé, si vous souhaitez limiter au maximum le risque privilégiez un fond avec une volatilité historique faible. Sans pouvoir être sûr à 100% vous pouvez statistiquement choisir un OPCVM même si vous ne maîtrisez pas forcément les secteurs ou sous-jacents dans lesquels l’OPCVM investi.

Donc pour déterminer le risque d’un placement il ne suffit pas de résumer à « rendement important » = « risque important ». Il faut aussi comparer à deux fonds à rendement égal au prisme de leur écart type. Le risque ne sera pas du tout le même.

Un critère important: le gérant du fond

Généralement les meilleurs OPCVM reposent sur son gestionnaire. Donnez votre argent à un trader d’exception spécialisé dans certains secteurs et vous pourrez en faire une belle plus-value ! Il s’agit d’un critère trop peu regardé par les investisseurs lorsqu’ils choississent un OPCVM. Pourtant on constate bien souvent que les meilleurs fonds sont ceux géré par une seule personne. On parle alors d’OPCVM discrétionnaire à la différence de fond process-driven. Ces derniers suivent une méthodologie précise détaillée et sont dans l’obligation de s’y tenir.

Privilégiez les fonds discrétionnaires mais aussi analysez si il y a eu des changements de dirigeants récents. Si c’est le cas alors préférez passer votre chemin car il y a fort à parier que le rendement du fond ne sera pas le même dans le futur et que l’analyse quantitative sur laquelle vous vous basez n’aura que peu de valeur.

Evidemment le sujet ne pourrait se résumer à un article aussi court mais si vous commencez déjà par déterminer votre aversion au risque, analysez la stratégie du fond dans lequel vous investissez en prenant bien en compte sa volatilité mais aussi que vous respectez une discipline quant à l’analyse du management actuel du fond visé, vous aurez alors des bases saines pour votre méthodologie de sélection d’OPCVM.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *